Catégorie 5ème/3ème - Maite González Lagos

samedi 17 juin 2017, par Christine Faux

Maite González Lagos (Lycée Antoine de Saint-Exupéry, Santiago de Chile, Chili) remporte un prix dans la catégorie "5ème/3ème" pour son texte relatif à l’oeuvre Le château des Pyrénées de René Magritte.


Le château des Pyrénées

Juillet 1952
Lukas sentait le sable mouillé dans ses petites mains. Comme tous les jours depuis le début des vacances, il était sur la plage à faire des châteaux forts. L’air marin lui faisait du bien. A 19 heures après le coucher du soleil, il revint chez lui, et raconta ce qu’il avait fait durant cette journée à ses parents. Comme tous les jours, depuis le début des vacances.
-  Alors Lukas, qu’as-tu fait de nouveau aujourd’hui ?
-  Bah, rien de spécial, je me suis levé tôt et je suis allé sur la plage pour faire des châteaux forts.
-  Mais Lukas, tu ne trouves pas que tu pourrais faire quelque chose de plus productif pendant tes vacances ? Je ne sais pas moi tu pourrais te préparer pour la 6ème et faire des maths comme ta voisine. Lisa. T’en pense quoi Pierre ?
Sophie regarda son mari, qui n’écoutait pas la conversation, trop occupé à manger.
-  Quoi ?, demanda Pierre, qui n’avait rien entendu.
-  Je te demande si tu ne trouves pas que ton fils, Lukas devrait commencer à faire autre chose que des châteaux forts toute la journée, dit la mère, fâchée.
-  Euh, oui, ta mère a raison Lukas. Demain tu aideras le jardinier à tondre la pelouse. Oui tu l’aideras et comme ça tu feras autre chose que jouer avec le sable.
des châteaux forts, corrigea Lukas. Je ne joue pas avec le sable, je construis. Vous, les grands, vous n’y comprenez rien, dit Lukas.
Mais personne ne l’écouta, à part son chat Loris. C’était un bon chat, toujours prêt à l’écouter, songea l’enfant.
Les jours suivants il « oublia » d’aider le jardinier et, comme tous les jours depuis le début des vacances il se leva très tôt et partit sur la plage. De la sorte passèrent les jours et les nuits et sans même qu’il s’en rendre compte, la rentrée arrivait à grands pas.
Un jour, vers la fin des vacances, la mer était très agitée, trop agitée. Mais quelque chose attira l’attention de Lukas. C’était un énorme rocher qui se trouvait au milieu de la plage comme s’il avait toujours été là, alors que ce matin même, il n’y était pas. Il était si grand que même la mer n’aurait pu le transporter, même pas cinquante chevaux. Soudain une idée vint à la tête de Lukas ; si le rocher était là, seule la magie aurait pu le transporter. Ça doit être un rocher magique, c’est la seule explication, se dit Lukas d’un ton euphorique. Il courut raconter la nouvelle à ses parents :
-  Papa !!! Maman !!! Il y a un rocher magique sur la plage !!, dit l’enfant excité.
-  Oui, c’est ça ! T’as qu’à construire un château fort avec !, répondit son père d’un ton ironique.
Lukas fâché, sortit de la maison marteau et couteau à la main. Il allait le construire ce château. Il montrerait à ses parents ce qu’il pouvait faire. Arrivé sur la plage, il commença à tailler la pierre. Il y passa toute la nuit, et sans faire de bruit il s’endormit.
Quand il se réveilla, le château taillé la nuit passée sur la pierre était devenu un vrai château. Il n’en croyait pas ses yeux, il le savait, que la pierre était magique. Cette fois il ne courut pas le raconter à ses parents, il n’avait pas besoin de le leur raconter. Ce serait son secret, son château à lui et seulement à lui. Sans hésiter il rentra. Il dit à voix haute :
-  Je n’ai pas besoin d’être grand pour faire de grandes choses. Souvent les plus grandes choses sont faites par des petites mains...
Il admira son château et il décida rester vivre là. Après qu’il ait pris cette décision, la pierre s’éleva au-dessus de la mer avec le château et Lukas à l’intérieur.