Hereiti Sesboue

Lycée Antoine de Saint-Exupéry, Santiago de Chile, Chili.
Catégorie : 5ème à 3ème.

Œuvre choisie : LE CHATEAU DES PYRENEES (René Magritte).

Publié le lundi 28 novembre 2016.

L’aventure d’une vie

1 vote

Aujourd’hui, comme d’habitude, je me suis réveillée, j’ai enfilé ma tenue de tous les jours, déjeuné et ma journée a commencé. D’abord j’ai salué, la foule, en faisant semblant de sourire pendant que le peuple m’acclamée.
Ici à Pyrēnaia, j’avais, ou plutôt nous avions, tous des routines. « Routines », quel mot puant, je le déteste. Les marchands du royaume qui faisaient leur ronde dans le village en criant : « Huit francs seulement pour admirer messieurs chevaliers ce soir ». En effet, ce soir-là, avait lieu la bataille que disputeraient le chevalier Manea de Pynēnaia, mon frère et le chevalier Jean, fils du roi d’Hilālaya. Mon frère Manea et moi dirigions le peuple car nos parents avaient disparus lors de la guerre qui causa la séparation de nos terres. Manea était très content et fier de la vie que nous menions, il adorait aider les gens du royaume, c’est pour cela que l’on le chérit autant.
Quant à moi, j’vais envie de choses nouvelles. Demain j’aurais dix-huit ans et n’avais encore rien fait de ma vie. Alors voici mon plan. Ce soir, lorsque tout le monde sera réunit, j’en profiterai pour m’échapper à bord du bateau volant des hilālayens. Ainsi j’explorerais le monde extérieur.
La nuit tombait, les hilālayens arrivaient. J’étais tellement excitée de partir enfin. Je prenais quelques vêtements et de la nourriture, ainsi que des francs en cas de nécessité. J’ai laissé une lettre à mon frère disant :“ Cher frère bien aimé, je suis parti pour quelques jours explorer le monde, je t’embrasse, à bientôt. Ta soeur ‘’. En me dirigeant vers le bateau, j’ai croisé une dame nommée Monte - Blanche. C’était une femme que je n’avais jamais vue auparavant, ce qui était curieux sachant que je connaissais tout les habitants de mon royaume et que son accès était très surveillé. Alors je lui ai demandé : « D’où viens-tu, je ne t’ai jamais vue ici ? », elle m’a répondu : « êtes-vous la reine ? », d’un ton surpris. Je lui ai répondu que oui, alors elle s’était mise à me supplier en pleurant, de ne pas la dénoncer auprès du roi d’hilālaya. Petit à petit, elle m’a expliqué sa situation : « Je n’ai plus de famille, reviens du royaume des hilālayens. Chez nous c’est la guerre, le chaos total, le roi, son fils et leurs armées veulent conquérir toutes les terres. Ils sont en leur possession dix sur onze royaume existants. Vous êtes le dernier. Je suis venue vous avertir de ce danger. Le roi n’est pas votre ami et le prince tuera votre frère si vous n’y faites rien. Va et fait très attention à toi, on ne sait jamais, tout peux arriver ici. »
Je l’ai tout de suite crue tellement j’avais peur. Ja’i alors prévenu tout mes soldats afin qu’ils se mettent en place pour les attaquer. Ensuite, j’ai couru à toutes vitesse voir mon frère qui se préparer pour le combat et qui avait surement déjà lu ma lettre. En arrivant au château, j’ai vu mon frère, par terre. Je me suis approché en disant : « mon frère je suis là, je ne suis pas partie et je ne partirai jamais. Je dois te prévenir d’une chose importante ». Alors je lui racontais. Il me regarda, heureux, mais il savait déjà et avait tout prévu. Il n’allait pas se battre cette fois ci. Il avait positionnés deux canons en direction de la mer, afin de les déclenches lorsqu’ils allaient arrivés.

Mais tout ne se passa pas comme ils le prévoyaient. Je m’appelle Jadou, reine d’Andes, j’étais la meilleure amie de la Reine de Pyrēnaia. Grâce à un vieillard qui habitait son royaume et qui était son confident, et donc qui connaissait toute sa vie, j’ai pu vous raconté une partie de sa vie. Son royaume fut détruit, son frère est mort et elle aussi. Comme quoi cette dame avait raison. La vie est imprévisible.