Enrique Alarcon

Lycée Alcide d'Orbigny, La Paz, Bolivie.
Catégorie : 5ème à 3ème.

Œuvre choisie : MENINOS BRINCANDO (Candido Portinari).

Publié le vendredi 18 novembre 2016.

Souvenirs d’enfance

4 votes

Une, deux, trois. Trois heures se sont à peine écoulées. Le temps passe lentement. Je suppose que cela est dû au fait que j’ai un âge avancé, je suis retraité. En fait, j’ai cessé d’être peintre depuis tant d’années... Et maintenant, j’ai envie de peindre et de dessiner de nouveau quelque chose, n’importe quoi car ça me tente tellement. Mais je ne sais guère quoi ! Je suppose que les idées aussi s’envolent lorsque l’on devient vieux.
Si j’ouvre la fenêtre peut-être que je trouverais une source d’inspiration.
D’où je me trouve je peux contempler le beau temps qu’il fait aujourd’hui.
Mais que font ces adolescents qui marchent sans prêter attention à la nature. Ils sont avec leurs appareils entre leurs mains ! Ce sont des "martelephones" des "smarmachins" ? Bon, j’ignore leur nom mais le fait de voir tant de jeunes qui n’apprécient pas cette belle journée me gêne beaucoup.
Lorsque j’avais leur âge ce genre d’appareils n’existaient pas. Et s’ils avaient existé mes parents ne me les auraient sûrement pas achetés. Au lieu de ça, je jouais avec mon ami Charlie. Ah… Charlie ! Je jouais avec lui n’importe où : aux parcs, à la place. Même, lorsque notre professeur sortait pendant quelques instants, on commençait à faire des pirouettes.
C’est en me souvenant de ces événements que je sais ce que je vais peindre. Je vais peindre mes souvenirs d’enfance.
Je vais prendre ce crayon que je n’ai pas utilisé depuis bien longtemps et une feuille, la dernière de mon vieux carnet à dessin. Je vais nous dessiner en faisant les pirouettes car c’est la première chose qui est venue à mon esprit. Mon ami avait toujours été doué pour faire ce genre de choses tandis que moi je n’avais que des difficultés en les réalisant. J’avoue que j’étais jaloux de lui lorsqu’il réussissait à faire des choses nouvelles alors que moi je ne pouvais même pas tenir en équilibre sur les mains durant une seconde.
Et si je me mets à penser, nous avions l’habitude de jouer dehors, à l’extérieur. Je me souviens également qu’on jouait pendant les après-midis. Le soleil était si brûlant que certaines fois lorsque j’arrivais chez moi, dès que ma mère voyait ma peau un peu rougie par ses rayons, elle commençait à se fâcher. Cependant ces réprimandes firent de moi l’homme que je suis aujourd’hui. Donc je vais peindre le fond avec en jaune doré qui représente nos joies mais aussi tous les après-midi passés ensemble.
Mais avec quelle couleur je vais peindre nos vêtements ? Je sais maintenant. Nous aimions les couleurs vives. Ma couleur préférée est le orange et celle de mon ami était le jaune. Si je me rends compte, les couleurs et les goûts restent pour toujours. De plus, on portait toujours des vêtements peu chers, simples.
Je me réjouis du fait que mes souvenirs reviennent à moi. Je me souviens encore d’une fois où nous avions trouvé un chien errant gris. Nous avions joué avec lui, nous étions heureux. J’aurais voulu que mes parents m’en donnent un, mais nous n’avions pas beaucoup d’argent. En fait, c’était une période en quelque sorte difficile pour mes parents qui venaient d’Italie. Nous menions une vie simple…
J’ai maintenant une idée splendide : je vais dessiner ce chien pour représenter les bons moments de mon enfance même si elle fut difficile. De plus, je vais le dessiner derrière nous car si je ne me trompe pas, il nous avait suivis, ce jour-là, avant de le perdre de vue.
Cependant, je sens que quelque chose manque… Mais bien sûr, comme je l’ai dit précédemment nous aimions jouer pendant les cours. Une fois, nous avions fait tomber un globe terrestre en faisant des pirouettes mais personne ne nous avait vus. Nous étions de petits délinquants. Donc je pourrais représenter le globe terrestre sur le fond clair. De plus, ce globe représenterait selon moi, l’apprentissage qui a été le mien en voyageant en Europe. J’ai réalisé ce voyage lorsque je suis devenu un artiste célèbre et cela a pu m’apporter une vision plus complète du monde.
Regardons le dessin une dernière fois.
Je suppose que je dois l’améliorer. Un peu. Surtout en remplissant certaines parties qui sont encore blanches. Mais non ! Je l’ai fait par plaisir, pour moi ! Pour me distraire car j’avais envie de faire cela !
Et maintenant que ce beau dessin est fini, en le regardant, les souvenirs de mon enfance joyeuse reviennent à moi, chaque fois moins flous, plus clairs, plus puissant.